DonaldTrumpHillaryClintonGaryJohnsonJillSteinGaryJohnsonJillSteinLesfondslevésetdépensésparlescandidats(Millionsde$)Originedesfondslevésparlescandidats(En%)GrandsdonateursFondspersonnelsAutres(dontPACs)Petitsdonateurs(moinsde200$)HillaryClintonDonaldTrumpSoutienOppositionFondsversésparlesSuperPACspoursouteniroufreinerlacampagneduncandidat(Millionsde$)

Les candidats à l’élection présidentielle doivent rassembler des fonds immenses pour mener leur campagne. Selon une étude du Center for Responsive Politics, les candidats Barack Obama et Mitt Romney ont dépensé a eux deux 1,12 milliard de dollars en 2012. En y ajoutant les sommes dépensées par leur parti et les groupes extérieurs, le total s’élève à 2,6 milliards de dollars ; un record. En ajoutant les sommes dépensées lors des élections pour le Sénat et la  Chambre des représentants, la campagne de 2012 a coûté La campagne de 2016 n’est pas en reste.

 

Des réseaux de financement

 

Depuis le début des primaires, Hillary Clinton a récolté 373,3 millions de dollars. Ses fonds proviennent essentiellement de donations privées, de la part de grands donateurs. La candidate démocrate profite ainsi d’un large réseau construit petit à petit avec son mari. On y trouve des universités (Harvard, Stanford…), des entreprises de la Silicon Valley (Apple, Google…) ou encore des banques (Bank of America, Morgan Stanley…).

 

Son rival républicain a levé près de 166 millions de dollars dont le tiers provient de ses fonds personnels. De grandes compagnies américaines comme Lockheed ou Boeing et de grandes banques américaines telles que Wells Fargo ou Morgan Stanley.

 

De leur côté, les candidats Gary Johnson (Liberal) et Jill Stein (Green) 7,9 et 1,9 millions de dollars principalement issus de petits donateurs.

 

Les Super PACs

 

Par ailleurs, les candidats peuvent compter sur des structures externes pour alimenter leur campagne : les Super PACs (Comités d’action politique). Un arrêt de la Cour suprême de 2010 autorise les milliardaires, syndicats et les entreprises à verser des fonds à ces organismes sans plafond. En contrepartie, ils doivent publier l’identité des donateurs et ne pas joindre leurs actions à celles des candidats en campagne.

 

Près de 200 millions de dollars ont été utilisés par ces groupes pour soutenir un candidat ou bien freiner la campagne voire décrédibiliser le camp adverse. Ces fonds financent des clips de campagne ou bien des actions sur le terrain comme une campagne de promotion en bus lancée par le Great America PAC (Pro Trump).

 

Bien que l’importance des sommes dépensées ne garantisse pas la victoire finale d’un candidat, la campagne se joue aussi sur ce terrain. Avec les fonds investis par les partis durant cette campagne, le Washington Post estime que 2016 pourrait dépasser le record battu en 2012.

Autres cartes